Les 5 erreurs qui pourraient vous coûter votre entreprise

Comme je l’ai appris à mes propres dépens, il y a des erreurs qui peuvent vous être fatales lorsque vous créez votre auto-entreprise ou votre entreprise individuelle. Je vous présente ici les 5 plus courantes.

     

Ne pas mettre de largent de côté pour les charges sociales
Si vous ne mettez pas systématiquement le montant de vos charges sociales de côté après le paiement d’une facture, vous risquez de très vite vous retrouver coincé, surtout si vous êtes une entreprise individuelle et que vos charges sociales sont régularisées en fin d’année. Si vous êtes assujetti à la TVA, déduisez l’équivalent de TVA de vos factures immédiatement après paiement afin de ne pas être tenté de dépenser cet argent.

Ne pas investir dans votre entreprise en achetant du matériel de qualité, des logiciels pour vous faciliter la vie
Comme on le dit si bien, « You have to spend money to spend money». Si vous n’avez pas un équipement de qualité (ordinateur, souris, écran supplémentaire, un bureau confortable, un outil de traduction assistée, etc.), il est peu probable que vous génériez un chiffre d’affaires conséquent. Prenons juste l’exemple du bureau, si vous travaillez de votre canapé, vous aurez mal au dos après un certain temps et vous ne pourrez pas travailler efficacement. Si vous n’investissez pas dans un clavier de qualité, vous allez attraper une tendinite du poignet et vous aurez du mal à taper rapidement, etc. Investissez donc dans votre business si vous voulez qu’il vous rapporte de l’argent.

Ne pas vous documenter sur la création et la gestion d’une entreprise dans le pays où vous vivez.
En tant que chef d’entreprise, vous devez être à la pointe de l’information en ce qui concerne votre domaine d’activité, votre statut, votre organisme de formation professionnelle, votre cotisation retraite, etc. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser, à appeler les impôts, l’URSSAF ou la SSI. Ceci vous évitera de commettre des erreurs qui pourraient être évitées (voir point 1).

Ne pas vous faire connaître
Comme je le dis dans mon article L’ennemi du freelance c’est l’anonymat, vous pouvez être un entrepreneur émérite, si personne ne vous connaît vous ou votre entreprise, si vous ne vendez pas et si vous n’êtes pas visible, aucun client ne viendra à vous. Vous n’avez pas forcément besoin de poster 5x par jour sur LinkedIn, juste peut-être 2 à 3 par semaine en partageant du contenu de qualité qui intéressera votre réseau. Pensez aussi à rejoindre les réseaux sociaux professionnels les plus en vue dans le pays où vous vous trouvez (par exemple Xing pour l’allemagne).
Être introverti n’est pas une excuse !

Ne pas faire de prospection
Si vous ne démarchez pas des clients, c’est simple, vous n’en aurez aucun. Surtout si vous êtes un traducteur freelance débutant et que vous cherchez vos premiers clients, vous DEVEZ envoyer vos candidatures à autant d’agences que possible en respectant le mode de prise de contact mentionné par l’agence qui vous intéresse. S’il y a un formulaire, utilisez-le et n’envoyez un courriel que s’il est indiqué que vous pouvez le faire. Dans le cas contraire, vous risquez de ne pas recevoir de réponse !

Petit bonus : soyez patient ! Parfois, un éventuel client n’a pas immédiatement besoin de vos services, mais cela ne signifie pas qu’il ne fera jamais appel à vous.

0 comments so far.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BIENVENUE SUR DTIN

BIENVENUE SUR DTIN

Bonjour je suis Arielle, traductrice allemand/anglais > français et terminologue. Je suis passionnée par les mots et la traduction, et, ce blog est ma façon à moi de partager ce que j'ai appris pendant de longues années avec ceux qui souhaitent travailler à leur propre compte comme traducteur/interprète.

Pour en savoir plus sur mon travail, visitez mon site www.fabetranslations.com